LesGensDeLaCom : Guy Kouekam

Guy Kouekam est directeur de la création chez Accent Com’ mais c’est avant tout un artiste créatif qui touche à tout. Optimiste et ouvert d’esprit, il partage avec nous sa vision de la créativité ici au Cameroun.  

 

Omenkart : Quelle est, pour toi, la définition d’un créatif ?

Guy Kouekam : Être créatif au quotidien, c’est donner vie à des idées ! Il faut avoir la capacité de matérialiser un concept ou une idée en quelque chose de plus concret. Dans mon domaine – le graphisme –  cette matérialisation est essentiellement visuelle. On donne vie au message d’un client de façon visuel, pour que la cible visée, assimile le message.

Omenkart : Pourquoi avoir choisir le métier de graphiste ?

Guy Kouekam : A vrai dire, je ne l’ai pas choisi, c’est le métier qui m’a choisi. Très jeune, j’ai développé une véritable passion et des aptitudes pour tout ce qui touche à la création. C’est donc en grandissant que cette passion, s’est précisé. Je me suis très vite tourné vers le dessin. L’un de mes aînés qui était à l’époque en Arts Plastiques à l’université, m’a conforté dans ma décision puisqu’il m’a fait comprendre qu’il y avait des débouchés pour ce type de profil.

L’école m’a donc permis d’apprendre les outils et les logiciels de base en graphisme pour pourvoir m’exprimer de façon plus ordonnée et répondre aux besoins du marché.

 

Omenkart : Quel conseils donnerais-tu à un jeune qui s’intéresse à ce métier ?

Guy Kouekam : D’abord, il faut se poser les bonnes questions. Est-ce que ce métier vous intéresse parce que ça à l’air facile ? Parce que vous trouvez ça beau ? Ou parce que dans votre for intérieur, vous avez l’intime conviction que c’est cette voie qui vous conviendra le mieux ? En effet, j’ai remarqué que beaucoup de personnes ont l’impression que c’est un métier accessible à tous et qu’il suffit juste de savoir utiliser certains logiciels.

C’est vrai qu’aujourd’hui n’importe qui peut utiliser Photoshop, Adobe illustrator ou encore InDesign, mais, la différence c’est le côté créatif et la sensibilité de chacun à pouvoir la matérialiser. Si à la base vous n’êtes pas dans des dispositions pour créer, votre travail sera inévitablement plat. Pour être graphiste, il faut avoir les capacités à apporter sa touche créative sur chaque projet. C’est ce qui fera la différence et vous pourrez ainsi vous qualifier de vrai graphiste !

Omenkart : Un dernier mot…

Guy Kouekam : C’est un des plus beaux métiers au monde surtout quand c’est la passion qui l’anime ! Moi, j’encourage tous ceux qui sentent cette passion brûler en eux, à s’embarquer dans ce domaine. Surtout n’oubliez pas d’être le plus créatif possible car c’est un réel besoin ici au Cameroun.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Marked fields are required.